Dzair Scoop

La sucrerie de Larbatache sera prête avant la fin de l’année

La-sucrerie-de-Larbatache-sera-prete-avant-la-fin-de-lannee

La-sucrerie-de-Larbatache-sera-prete-avant-la-fin-de-lannee

Le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, a annoncé mardi depuis Boumerdès que le projet de construction de la sucrerie de Larbatach, acquis par le groupe public Madar Holding après sa confiscation en vertu d’une décision définitive de justice, « sera prêt et opérationnel avant à partir de la fin de l’année en cours ».

Dans une déclaration à la presse en marge de sa visite d’inspection dans cette wilaya, M. Aoun a souligné la « volonté » des responsables du projet de procéder prochainement « aux premiers tests de production de ce complexe avant » la mise en production et la mise en vigueur commencer ». commercialisation avant la fin de l’année en cours ».

Il a également appelé à la mobilisation de « tout le monde » pour achever la production et la commercialisation des produits de cet important complexe qui s’ajoute au projet de l’usine de trituration des oléagineux de Jijel, dans le cadre de la stratégie nationale de sécurité alimentaire, deux projets que l’Etat dépend de son indépendance pour approvisionner les citoyens en ces produits.

Le ministre a qualifié ce projet de « prometteur et crucial » compte tenu de sa capacité de production et de sa « technologie sophistiquée ».

La capacité de production de cette usine, dont la superficie est de 14 hectares extensibles, est estimée à 2000 tonnes/jour de sucre de diverses sortes, assurant ainsi plus de 1200 emplois.

Interrogé sur l’avancement des travaux reliant le parc industriel de Larbatache aux différents réseaux, le ministre a indiqué que des travaux sont en cours pour doter cette région d’une entreprise spécialisée dans la gestion moderne du territoire.

Il a également appelé à « la nécessité de sécuriser et de clôturer tout cet espace vital pour le protéger », appelant les responsables à « compenser un certain retard dans le fonctionnement de son aménagement ».

Inspectant l’Institut national de la productivité et du développement industriel (INPED) à Boumerdes, le ministre a apprécié que ce dernier se veut « un véritable appui du secteur dans le domaine de la formation », soulignant la nécessité « de passer à un mode de gestion selon aux contrats de performance », étant « la seule solution capable de s’adapter aux nouveaux développements et avancées dans ce domaine », a-t-il expliqué.

A ce propos, M. Aoun a indiqué que l’année 2024 sera « la dernière année pour achever les opérations d’évaluation » de tous les programmes, directeurs et gestionnaires des différents instituts, autorités et unités qui relèvent de son secteur ministériel.

Lors de cette visite, le ministre a assisté à une présentation sur le secteur industriel de la wilaya où il a également inspecté l’INPED qui est considérée comme l’une des anciennes unités de formation industrielle de tout le pays.

Dans la commune de Larbatache, le ministre a inspecté le parc industriel national et s’est interrogé sur le projet de construction d’une sucrerie et un autre projet de construction d’une unité de recherche et développement pour l’industrie pharmaceutique et parapharmaceutique.

Quitter la version mobile