Dzair Scoop

CS : Bendjama appelle à une solution politique pour résoudre la crise syrienne

CS-Bendjama-appelle-a-une-solution-politique-pour-resoudre-la-crise-syrienne

CS-Bendjama-appelle-a-une-solution-politique-pour-resoudre-la-crise-syrienne

Le représentant permanent de l’Algérie auprès de l’ONU, Amar Bendjama, a souligné jeudi, au nom des membres du groupe A3+ (Algérie, Mozambique, Sierra Leone et Guyane), l’importance de parvenir à une solution politique « véritable et crédible ». la crise en Syrie.

« Nous exhortons les parties à sortir de l’impasse actuelle concernant la convocation de la 9ème réunion du comité constitutionnel. En cette période critique pour la Syrie, il est impératif que le processus soit dirigé et pris en charge par les Syriens, avec le soutien de la communauté internationale. « , continuer vers une solution durable à la crise qui fait des ravages en Syrie depuis plus de 13 ans », a déclaré M. Bendjama dans une déclaration commune A3+ prononcée lors d’une réunion du Conseil sur les questions humanitaires et politiques. la situation en Syrie.

« Après tant d’instabilité et de souffrances, la Syrie a besoin de soutien pour sortir des défis politiques et économiques actuels », a poursuivi l’ambassadeur.

Et il a ajouté : « Conformément à l’appel lancé par le secrétaire général (de l’ONU), nous soulignons l’importance de parvenir à une solution politique véritable et crédible qui réponde aux aspirations légitimes du peuple syrien, rétablisse la souveraineté, l’unité, l’indépendance et l’intégrité territoriale de la Syrie, conformément à la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité, et faciliter le retour des réfugiés en toute sécurité et dans la dignité.

A cet égard, le diplomate a insisté : « Nous saluons les efforts déployés par l’envoyé spécial de l’ONU pour faire avancer le processus politique inclusif et parvenir à une solution durable ».

« A3+ reconnaît le rôle essentiel des femmes et des jeunes syriens dans l’établissement d’une paix durable en Syrie », a déclaré l’ambassadeur, soulignant que « leur participation active est essentielle pour une solution globale et durable à la crise ».

« Les femmes et les jeunes apportent des perspectives uniques, rendant leur participation essentielle pour façonner l’avenir de la Syrie », a-t-il insisté.

« Nous exprimons nos regrets, poursuit le diplomate, face à la détérioration de la situation et aux attaques répétées sur le plateau du Golan, et nous appelons à la cessation immédiate de ces actions, insistant sur le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du La Syrie et le rejet. de toute ingérence extérieure. »

« La reprise des hostilités ne fait que perpétuer l’insécurité, sape les acquis et les progrès déjà réalisés dans le processus politique et risque d’alimenter les activités terroristes non seulement en Syrie mais dans toute la région », a-t-il averti.

A cet égard, déclare M. Bendjama, « A3+ appelle à une coordination efficace pour lutter efficacement contre le terrorisme en Syrie, afin de permettre au gouvernement syrien de reprendre le contrôle de l’ensemble de son territoire ».

« Treize ans après le début de la crise syrienne, la situation humanitaire reste désastreuse, avec 16,7 millions de personnes dans le besoin, dont plus de la moitié sont des femmes, et une crise humanitaire sans précédent plongeant les Syriens dans un profond désespoir », a-t-il déploré, soulignant que « Plus de 90 % des Syriens vivent aujourd’hui dans la pauvreté et l’économie est en chute libre en raison du renforcement des sanctions. »

A3+ « appelle à un financement suffisant et prévisible pour le Plan de réponse humanitaire (HRP) en Syrie afin de faire face à la crise d’insécurité alimentaire et de répondre aux besoins de la population syrienne ».

M. Bendjama déplore notamment que « le sous-financement du HRP en 2023 (moins de 40 % de ce qui était initialement nécessaire) ait contraint les agences humanitaires à réduire l’aide alimentaire et à suspendre les services de santé, ce qui a exacerbé la crise humanitaire.

« Nous pensons que la Syrie ne devrait pas continuer à dépendre uniquement du financement humanitaire et souligner l’importance des investissements pour réduire la dépendance à l’égard de l’aide étrangère et alléger le fardeau humanitaire », a-t-il déclaré. Il souligne.

Et il a ajouté : « Nous soutenons la vision du projet de relèvement rapide du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires et demandons qu’il soit financé de manière adéquate, mais nous reconnaissons que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour répondre aux besoins des Syriens. population et faciliter le retour en toute sécurité des réfugiés et des personnes déplacées.

Pour y parvenir, poursuit le diplomate, « la Syrie doit relancer sa croissance économique et sa prospérité ».

Par conséquent, « A3+ appelle à la réduction des sanctions contre la Syrie, car elles ont un impact négatif sur l’économie du pays et exacerbent les défis humanitaires ».

« La promotion de la paix et le développement durable sont interconnectés », a assuré le diplomate.

A cet effet, M. Bendjama a réitéré l’appel des A3+ à un « cessez-le-feu à l’échelle nationale et à des négociations immédiates entre les parties pour une solution politique, conformément à la résolution 2254 (2015), en vue de parvenir à la paix, à la stabilité ». et le développement durable en Syrie.

Quitter la version mobile