Dzair Scoop

APN : Tabi présente à la commission spécialisée le projet de loi portant mesures spécifiques pour l’obtention d’une pension alimentaire

APN-Tabi-presente-a-la-commission-specialisee-le-projet-de-loi-portant-mesures-specifiques-pour-lobtention-dune-pension-alimentaire

APN-Tabi-presente-a-la-commission-specialisee-le-projet-de-loi-portant-mesures-specifiques-pour-lobtention-dune-pension-alimentaire

La Commission des questions juridiques, administratives et des libertés de l’Assemblée populaire nationale (APN) a entendu lundi une présentation du ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, sur le projet de loi qui fixe des mesures spécifiques pour obtenir pension alimentaire, les tribunaux ont tranché pour les femmes divorcées avec enfants.

Dans sa présentation, le ministre a expliqué que ce projet de loi intervenait pour « réviser le cadre juridique qui réglemente l’intervention de l’État en matière de pension alimentaire, qui constitue un engagement fondamental assumé par le mari envers la femme divorcée et les enfants gardés à la suite la dissolution des liens conjugaux ».

« Le refus délibéré de payer une pension alimentaire pour enfants est un crime puni par la loi », a-t-il ajouté.

Le projet de loi s’articule autour de trois axes fondamentaux, le premier relatif au champ d’application et précisant que les bénéficiaires des redevances financières sont l’enfant pris en charge qui a bénéficié d’une pension alimentaire sur décision de justice, y compris pour une pension alimentaire provisoire en cas de demande de divorce et la femme divorcée qui a bénéficié d’une décision lui accordant une pension alimentaire.

Le deuxième axe fait référence au Fonds de Pension Alimentaire. Cet axe prévoit que l’État prend en charge les redevances financières prévues dans ses dispositions à travers un fonds de pension alimentaire, administré par le Ministre de la Justice, le Garde des Sceaux, à travers les secrétaires généraux des tribunaux, régulant en même temps l’accès financier. redevances du fonds. à travers des conditions et des procédures précises qui garantissent à l’État, représenté par le Ministère de la Justice, la transparence dans la gestion des fonds du fonds conformément aux mécanismes spéciaux de récupération des redevances versées, la garantie pour les enfants et pour les femmes divorcées d’obtenir pension alimentaire accordée par les tribunaux selon des conditions et des procédures simples.

Concernant le troisième axe, le ministre a indiqué qu’il se réfère à la gestion du Fonds de Pension Alimentaire au niveau local en établissant des mécanismes juridiques spéciaux afin de coordonner entre les parties pour le paiement et le recouvrement des redevances financières, en accordant le pouvoir de ordonner le paiement des dettes financières du créancier à titre de pension alimentaire, au secrétaire général des tribunaux de justice en sa qualité d’ordonnateur secondaire de crédits.

Ce projet impose au secrétaire général de la Cour de Justice de mettre à la disposition du trésorier de la wilaya toutes les informations susceptibles de faciliter le recouvrement des dettes financières, obligeant en même temps le trésorier à payer les dettes sur la base d’un virement émis par le secrétaire. généralement au niveau du tribunal dans un délai de dix (10 jours) à compter de la date de sa réception, a-t-il ajouté. Dans le même contexte, M. Tabi a souligné que le trésorier de la wilaya « soumettra à l’organe judiciaire le relevé contenant la liste nominative des débiteurs. du Trésor de se constituer partie civile devant les tribunaux dans les cas de non-paiement de la pension alimentaire dans lesquels le créancier obtient des redevances financières au moyen d’une pension alimentaire conformément aux dispositions du présent projet de loi.

Quitter la version mobile