Dzair Scoop

Séminaire national sur l’unité nationale et référent religieux

Seminaire-national-sur-lunite-nationale-et-referent-religieux

Seminaire-national-sur-lunite-nationale-et-referent-religieux

Le Haut Conseil islamique (HCI) a organisé, dimanche, à Alger, un séminaire national sur le thème « L’unité nationale et le référent religieux selon les oulémas algériens », ayant pour modèle feu Mohamed Ben Baba Cheikh Belhadj, son parcours et contribution à la consolidation du religieux national de référence.

Dans son discours d’ouverture, le président du HCI, Abdallah Ghlamallah, a indiqué que Cheikh Belhadj, ancien membre du Conseil, est « un homme d’une grande moralité », rappelant que l’universitaire a été accusé par le Front de libération nationale (FLN) alors qu’il était un étudiant à l’Université Ez-Zitouna en Tunisie, pour prendre en charge la jeunesse algérienne dans ce pays voisin pendant la Révolution », leur permettant de rejoindre les Scouts tunisiens et de leur assurer une éducation religieuse.

De son côté, le président de l’association du patrimoine « El Guerrara » de la wilaya de Ghardaïa, M. Mohamed Nacer Bouhedjam, a indiqué que ce séminaire, organisé en collaboration avec l’association, débattra pendant deux jours (29 et 30 octobre). ), « les réalisations et les positions historiques des oulémas algériens dans la préservation de l’unité nationale et l’importance d’ancrer ses valeurs dans les nouvelles générations, à travers le modèle et le parcours de Cheikh Mohamed Ben Baba Cheikh Belhadj ».

Soulignant le « rôle prépondérant des savants dans le resserrement des rangs de la nation », le même orateur a indiqué que « la Glorieuse Révolution de Novembre a été le fruit des efforts des oulémas qui ont contribué à l’ancrage des préceptes religieux et des valeurs de liberté. et le patriotisme ».

De son côté, le fils du savant, Dr Aissa Ben Mohamed Ben Baba Cheikh Belhadj, a évoqué la biographie et le parcours de son père pendant la Révolution de Libération et après l’indépendance dans la diffusion du savoir et l’enseignement des préceptes de la religion et des valeurs de l’amour à générations de la patrie et du sacrifice pour la libération du joug colonial.

Le premier jour du séminaire, des universitaires et des chercheurs ont passé en revue le parcours de feu Belhadj pour l’acquisition et la diffusion des connaissances dans plusieurs pays musulmans tels que l’Irak et le Sultanat d’Oman, outre ses contributions dans le domaine de la jurisprudence islamique, des transactions et de l’économie. , l’histoire et autres.

Dans ce sens, un chercheur de l’institut « Ammi Said » de la wilaya de Ghardaïa, le Révérend Mounir Bensadoune, a mis en avant l’apport de Cheikh Belhadj à l’économie islamique, à travers son livre « L’investissement et l’économie de marché, entre authenticité et modernité. « , tandis que le Pr Idris Bahamad de l’Université Ez-Zitouna » en Tunisie a présenté une communication sur le référent religieux et l’unité nationale, le concept et les missions dans le contexte national algérien et la jurisprudence selon le savant Belhadj sur les questions contemporaines.

Au deuxième jour de ce séminaire, des chercheurs des universités algériennes et tunisiennes, notamment d’Ez-Zitouna et d’Oman (Université Sultan Qaboos), aborderont plusieurs thèmes liés à cette personnalité, dont une lecture du livre « Le contrat d’assurance dans le lumière de l’Islam » et une introduction à l’écriture historique ».

           

Quitter la version mobile