Dzair Scoop

RGPH : fournir une base de données pour construire des programmes de développement prometteurs

RGPH-fournir-une-base-de-donnees-pour-construire-des-programmes-de-developpement-prometteurs

RGPH-fournir-une-base-de-donnees-pour-construire-des-programmes-de-developpement-prometteurs

Le ministre de la Numérisation et de la Statistique, Hocine Cherhabil, a déclaré dimanche à Alger que le 6e Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2022) était d’importance nationale, ce qui se traduit principalement par la mise à disposition de données détaillées pour l’élaboration des politiques et des développements prometteurs. programmes.

M. Cherhabil est intervenu lors du lancement du 6e RGPH, tenu en compagnie du ministre de l’Intérieur, des Collectivités territoriales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad, et en présence du wali d’Alger, Mohamed Abdennour Rabehi, place Aïssat -Idir (commune de Sidi M’hamed).

Il a souligné dans ce contexte que « ce recensement est d’une importance nationale évidente, qui se reflète principalement dans la fourniture de données détaillées, complètes et fiables sur la population et le parc de logements pour la formulation de politiques et un développement prometteur. des programmes de développement économique, social et culturel qui permettent une amélioration du service public et une meilleure gestion des besoins croissants des citoyens ».

Le ministre a souligné, dans ce sens, que l’organisation de ce recensement se veut « une étape importante dans l’atteinte des objectifs du programme du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune », ajoutant que l’opération a été menée dans le cadre de « la mise en œuvre du plan d’action du Gouvernement qui vise l’élaboration de politiques publiques et de plans de développement nationaux et locaux, empreints de rationalisme et d’efficacité, plus innovants et plus équitables ».

Il a également rappelé que « l’Algérie est devenue, après chaque recensement général, plus forte, parce que les résultats obtenus lui ont permis, à chaque fois, de relever des défis et de se fixer de nouveaux objectifs en accord avec le socio-économique ».

A cette occasion, le ministre a instruit les recenseurs « de faire preuve de discrétion et de confidentialité dans le cadre du respect de l’obligation de réserve prévue par la loi ».

Evoquant les préparatifs de cet « important rendez-vous national », il a rappelé le lancement d’un « programme de formation au profit de plus de 8.000 agents de contrôle et 53.000 agents recenseurs dans 58 wilayes ». Il citera également la « première utilisation de plus de 57.000 tablettes électroniques intelligentes équipées de puces téléphoniques de 4e génération pour une collecte d’informations facile et rapide ».

Pour sa part, M. Merad a souligné que « cette opération nationale, qui devrait être couronnée par l’obtention d’une base statistique précise et actualisée, permettra une planification plus efficace des politiques publiques et l’élaboration de programmes de développement adaptés. aux besoins de la population de manière à améliorer le cadre de vie des citoyens, à offrir des services publics de qualité conformes à leurs aspirations et à s’adapter aux mutations socio-économiques en cours ».

Afin d’assurer son succès, les pouvoirs publics ont mobilisé toutes les ressources humaines et matérielles dans les travaux préparatoires avec une approche multisectorielle réalisée à travers l’activité de la commission nationale pour la préparation du recensement général de la population et de la population. habitat qui a permis de coordonner les efforts des différentes parties prenantes et de mobiliser tous les moyens.

Il a rappelé, dans ce cadre, que son secteur « a adopté une série de mesures préparatoires pour assurer le bon déroulement de l’opération au niveau national, notamment en mobilisant plus de 67.000 fonctionnaires parmi les ingénieurs des wilayas ». délégués communaux, instructeurs, contrôleurs et agents recenseurs, outre la mobilisation de plus de 12.000 véhicules pour le déplacement du personnel chargé de mener à bien l’opération ».

Le ministère de l’Intérieur a attaché « une grande importance » à la formation de l’élément humain chargé de mener à bien cette opération, « choisi par les services municipaux parmi les jeunes universitaires et les salariés de l’insertion professionnelle », et a veillé à garantir « la meilleures conditions de formation pour ce début de mois, en coordination avec l’Office national des statistiques (ONS), pour leur permettre de remplir immédiatement leurs missions, notamment en termes de parfaite maîtrise des outils technologiques », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que « les services de sécurité, tous corps confondus, assurent la surveillance en toute sécurité de cette opération et son déroulement dans les meilleures conditions ». Dans le même temps, le ministre a souligné que « la réussite du recensement dépendra de la contribution et de l’adhésion des citoyens à cette opération pour faciliter le travail des agents recenseurs, et ainsi construire l’avenir de notre pays sur des bases solides.  »

M. Merad en a profité pour souligner que le lancement du 6ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH 2022) coïncide avec la rencontre Gouvernement-Walis qui a été « pour le Président de la République une occasion renouvelée de rappeler l’importance qu’il attache à améliorer le cadre de vie de la population de manière globale et équilibrée, en se référant à des indicateurs reflétant la réalité du développement ».

Quitter la version mobile